Composteur « récup » en palettes recyclées

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler du compostage ou plus particulièrement de la fabrication d’un composteur en recyclant des palettes récupérées.

Avant de commencer, si vous ne savez pas comment choisir ou reconnaître les palettes, je vous invite à lire mon précédent article sur ce sujet : « Comment choisir les palettes pour la récupération« .

Pour débuter, je vais essayer de vous présenter brièvement le compostage (pourquoi ? comment ?).

Ensuite je vous expliquerais comment vous en fabriquer un vous-même à partir de palettes de récup’. Si vous savez déjà tout sur le compostage, je vous invite donc à vous rendre directement à la seconde partie de l’article.

Pourquoi faire son compost ?

Composter est un moyen très facile et gratuit de recycler les déchets verts de la maison (épluchures de légumes …) mais aussi du jardin (mauvaises herbes, …). En plus d’être très facile à mettre en place, il va considérablement réduire les déchets que vous allez mettre dans vos poubelles de déchets ménager ou déchets « vert ».

Le résultat du compostage pourra être utilisé lors de vos rempotages, semis, paillages … Vous avez une question ? N’hésitez pas à la poser en commentaire 🙂

Ouai mais … Ça pue ton truc !!

Le compost peut sentir mais seulement si vous n’équilibrez pas correctement l’apport de nouvelles  matières à décomposer ou que celui-ci est très humide. Dans ce cas, il vous faudra rééquilibrer en ajoutant les composants manquants : matières azotées ou carbones en fonction des cas. Pour faire simple, gardez de côté un tas de feuilles/herbes sèches afin d’équilibrer votre compost et éviter le dégagement d’odeurs … désagréables :p
Pour ma part, je procède par couche de déchets, et je remue le tout tous les 15 jours.

Les différents modes de compostage

En fosse

Pour ce type de compost, il vous faudra creuser un trou de 40 à 50 cm dans lequel vous déposerez vos déchets.

  • Avantage : grande capacité
  • Inconvénient : temps de compostage relativement long

En tas

Pour ce type de compost, il vous faut juste déterminer l’endroit où vous voulez le placer… Et c’est parti. Il a pour avantage de pouvoir facilement absorber de grosse quantité mais … Le processus de transformation prendra alors un peu plus de temps.

  • Avantage : très facile à mettre en place !
  • Inconvénient : exposition forte aux intempéries

En silo

Les silos sont très facile à mettre en œuvre étant donné que vous n’aurez qu’à le monter et qu’ils sont données dans un grand nombre de communes / communauté d’agglomération.

  • Avantage : très faciles à mettre en place
  • Inconvénient : capacité limitée, coût (et oui, si votre commune ne vous le donne pas, vous devrez l’acheter pour une 30aine d’euros)

Lombricompostage (pour la cuisine, en appartement…)

Ça, c’est top comme système ! Avec des vers que vous achetez, des barquettes en polystyrène, et des sacs poubelle, vous avez un composteur compacte pour votre cuisine !

  • Avantage : encombrement très réduit 🙂 peut s’utiliser en intérieur, sur un balcon, bref vous pouvez faire votre compost en appartement !
  • Inconvénient : capacité … très réduite

Que mettre (ou pas) dans son compost ?

Bon alors là, c’est relativement simple, vous pouvez mettre :

  • ce qui est végétal (déchets de jardin)
  • ce qui est biodégradable (déchets de légumes, riz, pain, coquilles d’œufs, papiers, cendres…)

ATTENTION ; il faut bien penser au temps de transformation. En règle générale,  plus les déchets sont fins, plus le temps de transformation sera réduit. Pensez donc à réduire les morceaux avant de les mettre dans le composteur ! C’est très important pour les branchages par exemple (je vous conseille de les réduire en copeaux) mais aussi pour les coquilles d’œufs (là, il faut les réduire en miettes) !

Et donc, vous ne pouvez pas mettre :

  • viandes / poissons
  • déchets contenant des polluants (papier imprimés ou plastifiés, bois traités, mégots, litière chat…)

Où mettre son « tas » de  compost ?

Première chose à savoir, le composteur doit être installé sur de la terre afin que les gentilles petites bêtes puissent faire leur travail.

Ensuite, si vous décidez de réaliser un composteur en tas ou en fosse, il faudra que vous choisissiez un coin de votre jardin qui n’est pas trop exposé aux différents aléas climatiques (soleil, vent, pluies…) afin que vous puissiez réunir le maximum de conditions pour que tout se passe bien, c’est à dire que votre composte ne soit pas en plein soleil afin d’éviter qu’il ne sèche, qu’il soit relativement abrité pour qu’il ne soit pas complètement détrempé dès la première pluie.

Pour ma part, j’ai mis mon composteur :

  • dans un coin, en haut d’une pente pour éviter que les ruissellements d’eau ne s’accumulent dans celui-ci
  • à côté d’une palissade et d’une clôture pour qu’il ne soit au soleil qu’entre 14 et 18h
  • pas trop prêt de la maison mais facile d’accès pour éviter les odeurs si les déchets mis dans le composteur ne sont pas assez équilibrés (si je mets toute l’herbe de la tonte en un seul coup par exemple, ou encore après une période très pluvieuse).

Bon, maintenant que vous savez tout sur le compostage, je vais vous expliquer comment, j’ai réalisé mon propre composteur ainsi que les éventuelles améliorations à apporter.

 

Réaliser son composteur à partir de palettes recyclées

C’est l’une des réalisations la plus simple que j’ai pu mettre en place. Pour ce projet, pas besoin de démonter les palettes !

Vous aurez besoin de :
  • 3 palettes
  • des vis en inox (x6) assez longues (5cm mini) afin de fixer les palettes entre elles. Sinon, vous pouvez utiliser des petites équerres de 5cm.

Mettez vos palettes à la verticale sur le sol et assemblez le tout : le tour est joué.

Si vous voulez améliorer le système, vous pouvez ajouter un second espace à côté du premier qui sera destiné à accueillir le compost terminé dans un second temps ou encore l’herbe qui doit sécher avant d’être incorporé (pour éviter les mauvaises odeurs).

composteur palettes recyclées

Photo prise lors de la mise en place du composteur

Next steps …

  • Ajouter un système de glissière pour pouvoir fermer le devant
  • Ajouter un grillage par-dessus pour éviter que les animaux n’aillent fouiller dans le compost (chien, chat, oiseaux …)

Voili voilou 🙂 vous savez maintenant tout ! Une question ? Une remarque ? Une demande de précision ? A vos comm’ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *